Dévoluy - Février 2018

Aller en bas

Dévoluy - Février 2018

Message  Mazout le Mar 13 Fév - 11:36


Le gîte est une ancienne ferme en contrebas de la route ;
Jacques m'a bien expliqué l'itinéraire et je trouve du premier coup, malgré l’obscurité qui augmente. JF me suit dans sa voiture ; il m'a rejoint en fin de matinée en Matheysine, où je séjournais chez mon pote Paul. Avant de venir, on s'est fait un Piquet de Nantes par la combe du Matelot, orientée Sud. Un vrai bonheur...
On décharge notre matériel dans le gîte ; dans la partie supérieure, une étable typique avec ses piliers et son plafond en ogive. Dans la partie basse, sur deux étages, le logement, rustique, mais avec une salle de bains toute moderne et un radiateur électrique. Ailleurs, on chauffe surtout avec un poêle à bois et un gros radiateur électrique. Une salle-cuisine, et trois chambres. Le luxe, quoi !
Retrouvailles, bisous, et repas du soir après un apéro bien mérité.



Le lendemain (dimanche 04/02), En route pour la Tête de Vallon Pierra. On pose la voiture (qui a peiné un peu à démarrer par -7°C) à la ferme Flouka, à Maubourg, et on monte le vallon de Charnier. Beau temps, un peu de distance sur le début de la course, mais ça se redresse bien vers la fin pour une belle pente sud. Casse-croûte au sommet et au au soleil, avec devant nous la face sud du Grand Ferrand, sur laquelle on voit deux skieurs s'engager par le sommet. La neige doit être dure sur la face car les gars descendent vraiment très doucement, tellement même qu'ils n'auront pas atteint le couloir critique entre les barres quand nous décidons de redescendre.
Effectivement, la neige est dure en face sud, mais devient poudreuse dans les vallons.
A la descente, on croise un troupeau d'une bonne dizaine de chamois ;



Après le ski, on va à la station de La Joue du Loup pour acheter une rondelle de bâton et surtout de la farine, car JF a décidé de nous faire son immanquable tarte aux pommes. Immanquable car on ne peut guère y échapper, mais en l'occurrence elle a failli être manquée car JF s'est planté dans les proportions pour la pâte, et ô surprise, il nous fait une excellente tarte !
Le malheur est qu'il ne pourra certainement jamais reproduire sa prestation, car tout a été fait au bout-le-bout, à l'intuition, pour tenter de rattraper l'erreur initiale et il serait miraculeux qu'il puisse se souvenir du process de fabrication...






Lundi 5, le temps n'est pas terrible ; on décide d'aller dans un autre coin, au départ de l'Enclus. Objectif le tour de la Crête d’Ânes, avec montée par le vallon du même nom et descente par le Vallon Froid. On est parti un peu tard, car la météo donnait une éclaircie vers midi seulement, mais on s'est un peu paumés dans la forêt à l'approche, on a fait un gros détour pour éviter une barre et pour finir on est arrivés au niveau de la cabane du Vallon d’Ânes un peu tard. De toutes façon c'était bouché, en faisant la trace on ne voyait rien et on ne sentait le relief que quand les skis rencontraient un talus ou un creux. Pas cool...
Du coup on décidé de s'arrêter, et après un repas fumeux (voir la vidéo) dans la cabane, on s'est fait une descente dans une neige fraîchement tombée et très agréable à skier, surtout dans la forêt.








Mardi 6, on retourne dans notre coin du col de Festres, cette fois-ci pour nous attaquer à la Crête de la Rama. Le temps est nuageux, mais la visibilité est bonne. En arrivant sur la crête je dérange un aigle qui disparaît derrière le Grand Ferrand. JF, puis Jacques et Marie-Claude me rejoignent rapidement. Le temps n'est quand même pas terrible, alors on redescend dans la vallée pour manger notre casse-croûte, mais la neige, comme les jours précédents, est très agréable à skier, genre fraîche sur fond dur. JF nous quitte, car conformément à la tradition, il n'arrive ni ne repart en même temps que tout le monde (mais entre les deux confectionne une tarte aux pommes). Paul vient le soir même depuis sa Matheysine natale pour faire un coup de ski avec nous mercredi.











Mercredi 7 : consternation ! Tout est bouché, mais on part quand même direction Tête de l'Aupet qu'on avait décidé de grimper. Au parking on stationne à côté d'une voiture qui ressemble bigrement à celle de Gil B. Un coup d’œil à l'intérieur rutilant dissipe tous les doutes : ce ne peut être que lui, la voiture semble tout juste sortir de la chaîne de montage...
Quelques centaines de mètres plus loin, on le croise dans le brouillard qui redescend (Gil, pas le brouillard): il est monté jusqu'à 1800 (Gil), et comme il y avait toujours du brouillard, il est redescendu. « Moi qui connais bien le coin, c'est bouché jusqu'en haut et ça ne vaut pas le coup d'aller plus loin »
Il remonte quand même avec nous pour être sûr et décide de redescendre, une fois arrivé au niveau de sa première tentative.
Je suis la trace, il me semble qu'on est un peu trop vers le nord, donc je prends à gauche à un moment, juste au dessus de la forêt. Dans le kilomètre suivant, je ne reconnais pas bien la montée que j'ai déjà faite, justement avec Gil, il y a quelques années...
On fait un point au GPS, et on s'aperçoit que notre déviation nous a emmené sur la Tête d'Oriol, au lieu du vallon des Narrites.
Qu'à cela ne tienne ! De toute façon on ne voit pas à 20 mètres. On décide d'aller jusqu'à 2000 et de redescendre si ça ne s'améliore pas.
Mais peu à peu, la luminosité s'accroît, le gris cède au bleu et au bout d'un moment mon bâton commence à avoir une ombre...
La percée du nuage par en dessous nous laisse admirer toutes les cimes ensoleillées. Du coup on finit l’ascension sur cette crête qui domine le Vallon des Narrites. En bas un troupeau de chasseurs alpins progresse jusqu'au col qui leur permettra de redescendre par l'autre vallon, celui de la Truchière,
Casse-croûte au soleil, et redescente dans une neige toujours aussi agréable.









Jeudi 8:dernier jour en Dévoluy, on a opté pour une petite course vite fait avant de prendre la route pour rejoindre François, Laurent et Miriam dans les Bauges. Le Chauvet, belle montagne qui ferme le Dévoluy au sud. Comme la veille, on débutera la montée dans le brouillard, par un froid de canard au Col de Festres où il souffle un petit vent glacial...
Comme la veille, on passera au dessus du nuage pour trouver une très belle crête qui nous conduira au sommet.
Toujours de la bonne neige à la descente. Retour à la voiture de service, puis au gîte où l'on fait un ménage sommaire, et l'on charge les voitures.
A 14h, tout est plié, et en route pour de nouvelles aventures !

_________________
.....M...A..Z.O.U.T...
avatar
Mazout
Admin

Messages : 666
Date d'inscription : 02/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dévoluy - Février 2018

Message  DUCA le Mar 13 Fév - 16:31

Merci pour ce compte rendu, JF a enfin découvert le Dévoluy , bon c'est pas l'embrunais comme il dit Rolling Eyes , mais il a pris du plaisir Laughing

Nous aussi, car la neige était super, les paysages aussi.
avatar
DUCA

Messages : 284
Date d'inscription : 03/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dévoluy - Février 2018

Message  Flo le Mer 14 Fév - 14:56

Belles photos pour illustrer un séjour certainement très agréable !

Beaux animaux dans le coin ! beaux troupeaux ! mais je me demande : est ce le chasseur alpin qui se déplace comme le chamois, ou l'inverse ?Very Happy

Ce qui est sûr c'est que ces pauvres bêtes ( les chamois ) dépensent une énergie folle à fuir dans la neige : sur une échelle de 7, elles dépensent :
- 1 pour rester debout
- 1 1/3 pour marcher dans la neige
- 2 pour faire la trace dans la neige
- 7 pour fuir dans la neige !

par contre je ne connais pas le ratio pour le chasseur alpin...Sad
avatar
Flo

Messages : 348
Date d'inscription : 02/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dévoluy - Février 2018

Message  Mazout le Mer 14 Fév - 16:19

Ben oui, mais sur le coup on n'y est pour rien: ce sont eux qui descendaient à fond la caisse vers nous, alors qu'on était un peu planqués par un vallon. Je ne pense pas que nous les ayons stressés davantage qu’ils ne l'étaient déjà...
Par contre le chasseur à lapins progresse moins vite et est plus facilement observable malgré son pelage blanc. Faut dire que le camion militaire garé au départ de la course et l'autoroute de traces qui en part aident pas mal pour leur localisation...

_________________
.....M...A..Z.O.U.T...
avatar
Mazout
Admin

Messages : 666
Date d'inscription : 02/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dévoluy - Février 2018

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum